Le projet

Ce projet est l'idée commune de la Ville de Bastia et de l'Université de Corse. Avec la participation de la population de passionnés du ballon rond et des partenaires qui ont contribué à l'alimenter, ce Musée Virtuel a enfin une existence réelle. U ballò, una storia bastiaccia !

- Agrandir l'image, .JPG 700Ko (fenêtre modale)
Affiche officielle de l'opération de collecte des objets du patrimoine du football. Cette collecte débouchera sur la constitution d'un Musée virtuel du football à Bastia.© Serviziu cumunicazione - Cità di Bastia

BASTIA : UNA CITÀ CHÌ RESPIRA, CHÌ SPARTE U BALLÒ

" Bastia : les Lions en finale " cusì intitulava, in issu mese di aprile di u 1978, u settimanale Onze, à l'orlu di a finale di a Cuppa d'Europa di l'UEFA chì uppunia u SEC Bastia à u PSV Eindhoven. Sta situazione hà un gustu appittatu di rivincita per i Corsi. U fattu si stà chì u Sporting ùn hà micca sempre avutu una rinomina pusitiva in i media naziunali. Troppu spessu indittate per u so modu di ghjocu riputatu aspru è bruttale, e squatre isulane patenu dinù di a fama di u so publicu ; st'ultimu hè culpevule secondu i so detrattori, di fà regnà un'imbienza pessima in e tribune, d'esse sempre prontu à falle brutte à i ghjucatori aversarii è à l'arbitriu ancu di più. Quantu decisioni di l'istanze naziunale, qualchì volta parziale, sò state percepite à a male inde l'Isula, sviluppendu un sintimu criscente di vittimisimu. Infine è serà a dimensione a più forte di sta nale - oltre st'epupea eurupea - a so virsura pulitica è identitaria.

In un ambiu puliticu tesu assai colmu à attentati è arrestazioni, l'aventura di a squatra bastiaccia pudia esse vista da a maiò parte di i Corsi cum'è simbulu di una erezza ritrova ; a prova di l'esistenza di una cumunità capace à inghjennà u migliore è di varcà l'appartenenze pulitiche durante cunghjunture senz'altru. Stu sintimu di " cuesione naziunale " è di affirmazione identitaria - testimuniata da quellu scudu à a Testa Mora cusgitu nantu à a maglia di i ghjucadori - palesa una visione aperta di l'appartenenza à u populu corsu. A squatra bastiaccia, cumposta da una metà di i so ghjucadori chì sò furesteri, raprisenta à modu soiu una cumunità nova induve e sfarenze si trovanu superate è trascese da una cumunità di destinu. Ma sarebbe un sbagliu chè di riassume u pallò bastiacciu à l'unica epupea di u Sporting.

Secondu l'epiche sò state parechje e squatre à fassila valè, l'Etoile Filante Bastiaise, U Cercle Athlétique Bastiais, a Citadelle Sportive Bastiaise è u Football Corsica Club Bastia è tant'altri. Certe di e squatre citate prima accoglienu sempre licenziati, righjunte da altre cumune cum'è, Per indettu, l'AS Toga-Cardu, l'AS Furiani-Agliani, l'AS Pieve di Lota o ancu l'Etoile Club Bastiais.Oghje, si conta sempre una trentina di squatre nant'à a stesa bastiacia chì aduniscenu 2575 licenziati chì 39 sò feminile è una manata di veterani. For'di i soliti stadii, e pratiche rilative à u pallò sò dinù un vede in d'altri lochi : sale, rinaghji, stadii citatini, corte di scole,spazii publichi. Licenziati o urganizate da privati, l'adupratori sò crescenti, più diversi. U pallò, hè una attività spurtiva chì, durante l'anni, per via dinù d'innuvazioni suciale hè diventata plurale. Cumenti, analisi sò ogetti di tante stonde di dibattiti appassiunati è appassiunante, in terrazze di i caffè, in tagliu di stadii, durante reunioni... Nant'à uperazione di animazione, di inserimentu cù una attività spurtiva, di educazione à a citatinanza, u pallò hè dinù chjamatu in u quatru di l'azzione publica lucale. Da stupisce si chì, ancu quelle è quelli chì si dichjaranu senza interessu per u pallò, anu u so parè è si sprimenu à lingua sciolta nantu à i trabocchi è i sviamenti di stu sportu di modu particulare. Eccu quì torna, a prova ch'ellu hà " invaditu " u pallò a cità di Bastia, chì respira è sparte a cultura " foot ". Tutte ste cuncretezze sociostoriche chì permettenu di accertà u rollu preputente ch'ellu pò avè u pallò in a vita bastiaccia, fendu di quessu un elemente di patrimoniu cumunu senz'altru. Ghjè inde issu spiritu di participazione citatina, chì a cità di Bastia, in partinariatu cù l'Università di Corsica, vi invita, voi praticanti, licenziati, sustenidori, dirigenti, abitanti à testimunià di sta passione cumuna.

Ludovic Martel & Didier Rey

BASTIA : UNE VILLE QUI RESPIRE, QUI PARTAGE LE FOOTBALL

" Bastia : les Lions en finale " titrait, en ce mois d'avril 1978, le magazine Onze, à la veille de la finale de la Coupe d'Europe de l'UEFA mettant aux prises le SEC Bastia au PSV Eindhoven. Cette situation a un goût de revanche non dissimulée pour les Corses. En effet, le Sporting n'a pas toujours eu une image positive dans les médias nationaux. Trop souvent les équipes insulaires ont été montrées du doigt pour leur jeu réputé frustre, brutal et pour la mauvaise réputation de leur public ; ce dernier maintes fois accusé de faire régner une ambiance détestable dans les tribunes, d'être toujours prêt à en découdre avec les joueurs adverses et plus encore avec les arbitres. Nombre de décisions des instances nationales, quelques fois pour le moins partiales, ont été très mal ressenties dans l'Île, développant un fort sentiment de victimisme. Enfin, et c'est là la dernière dimension incontournable de cette finale - et au-delà de cette épopée européenne - sa dimension politique et identitaire.

Dans un climat politique très tendu sur fond d'attentats et d'arrestations, l'aventure du club bastiais pouvait être interprétée par la très grande majorité des Corses comme un symbole de dignité retrouvée ; la preuve de l'existence d'une communauté capable de générer le meilleur et de dépasser ses clivages dans des circonstances exceptionnelles. Ce sentiment de " cohésion nationale " et d'affirmation identitaire - comme en témoigne l'écusson à tête de Maure cousu sur le maillot des joueurs - va de pair avec une vision ouverte de l'appartenance au peuple corse. L'équipe bastiaise, dont la moitié des joueurs n'est pas originaire de l'île, représente à sa manière une nouvelle communauté corse où les différences se trouvent dépassées et transcendées par une communauté de destin. Mais le football bastiais ne saurait se résumer à la seule épopée européenne du Sporting.

C'est également, selon les époques, l'Etoile Filante Bastiaise, le Cercle Athlétique Bastiais, la Citadelle Sportive Bastiaise et le Football Corsica Club Bastia et tant d'autres. Certains de ces clubs accueillent encore de nombreux licenciés, rejoints par d'autres comme, par exemple, l'AS Toga- Cardu, l'AS Furiani-Agliani, l'AS Pieve di Lota ou encore l'Etoile Club Bastiais. Aujourd'hui, on ne compte pas moins d'une trentaine de clubs sur la région bastiaise rassemblant 2575 licenciés dont 39 féminines et quelques clubs vétérans. Au-delà, des traditionnels stades, les pratiques footballistiques se donnent aussi à voir en d'autres lieux : salles, plages, city stades, cours d'écoles, espaces publics. Licenciés ou auto-organisés, les pratiquants sont toujours plus nombreux, plus divers. Le football, un sport qui, au l du temps, grâce à un certain nombre d'innovations sociales est devenu pluriel. Commentaires, analyses sont l'objet de bien des moments de débats passionnés et passionnants, aux terrasses de cafés, au bord des stades, lors de réunions... Sur des opérations d'animations, d'insertion par le sport, d'éducation à la citoyenneté, le football est aussi largement convoqué dans le cadre de l'action publique locale. Plus étonnant encore, même celles et ceux qui déclarent ne pas s'intéresser à ce sport, ont leurs mots à dire et s'expriment sur ce qu'ils caractérisent comme autant de débordements et de dérives de ce sport en général. C'est bien là, la preuve que le football a " envahi " la ville, que la ville respire et partage la culture " foot ". Toutes ces réalités socio historiques permettent d'affirmer la place prépondérante qu'occupe ce dernier dans la vie bastiaise, faisant de celui-ci un élément de patrimoine commun incontestable. C'est dans cet esprit de participation citoyenne, que la ville de Bastia, en partenariat avec l'Université de Corse, vous invite, vous pratiquants, licenciés, supporteurs, dirigeants, habitants à témoigner de cette passion commune autour du football.

Ludovic Martel & Didier Rey